Montage/Démontage/Remontage, un nouveau numéro de la revue Textimage

Le dernier numéro de la revue Textimage vient de paraître.

Il est consacré aux actes du colloque « Entre textes et images: montage/démontage/remontage », organisé à Lyon les 20, 21, et 22 novembre 2014 par Jean-Pierre Esquenazi, Olivier Leplâtre et Aurélie Barre

J’y propose un article intitulé: « Remix Gogol : L’adaptation hypermédiatique du Journal d’un fou par Tom Drahos »

Résumé:

Dans l’œuvre hypermédiatique sur CD-ROM Le journal d’un fou[1], Tom Drahos réalise une adaptation du texte de Nicolas Gogol, qu’il fait cohabiter avec des images, des vidéos et des animations mais aussi avec d’autres textes, tous issus du Web. Pour Drahos, le champ littéraire est un terrain fécond d’expériences plastiques. Son œuvre est le résultat d’une remédiatisation, d’un remontage, où le texte de Gogol reste littéralement présent puisqu’ il est lu par une voix-off, dans sa traduction française et en une version légèrement tronquée. Ainsi, le texte original n’est pas complètement substitué à l’image ou transformé en simple scénario, comme pour les adaptations cinématographiques : il est mis en présence. Dans « Hybridation et métissage sémiotique : l’adaptation multimédiatique », Denis Bachand déclare :

[…] la nouvelle hybridation technologique favorise l’intermédialité d’un nouvel art polyphonique où les signes typiques échangent attributs et fonctions sous la gouverne de l’hypertextualité. L’image se parcourt comme un texte qui articule un système d’indices et le texte se pare des attributs de l’image en devenant icône, voie de passage sensible, « activée », vers d’autres sites, intertextualisés.[2]

L’objectif de notre communication sera de montrer comment cette nouvelle polyphonie s’instaure dans le dispositif original proposé par Drahos dans son Journal d’un fou. Ce-dernier, en tant que tiers interprétant[3], nous propose avant tout une lecture de l’œuvre de Gogol dont le sens se voit détourné par l’hypermédia en même temps que sa puissante actualité est révélée par la remédiatisation. L’œuvre de Drahos n’est pas une illustration du texte de Gogol, mais une création à partir du Journal d’un fou : une œuvre où tous les médias dialoguent, formant un iconotexte, que l’on pourrait qualifier d’augmenté. En effet, ce ne sont plus seulement le texte et les images qui interagissent, mais aussi le son et le mouvement. L’iconotexte augmenté n’étant alors qu’une autre manière de décrire ce qu’est une œuvre hypermédiatique.

En plus du Journal d’un fou de Gogol, Tom Drahos effectue un remontage d’autres textes dont il n’explicite à aucun moment la provenance. Ce n’est qu’au prix d’une enquête menée grâce aux moteurs de recherches sur le Web que nous avons découvert qu’ils provenaient de sites comme  lesnouveauxesclaves[4]  ou  FunnyNews[5], ou encore du livre de Laurent Chemla, Confessions d’un voleur : Internet, la liberté confisquée[6]. L’étude de ces sources révèle des problématiques communes à l’œuvre de Gogol : elles sont souvent politiques et traitent de l’homosexualité, de la liberté, du cyberespace et de ses utopies. Dans Palimpsestes, Gérard Genette qualifie d’art du bricolage le travail hypertextuel d’adaptation et de recyclage, qui permet de faire du neuf avec du vieux.

(…) l’art de « faire du neuf avec du vieux» a l’avantage de produire des objets plus complexes et plus savoureux que les produits « faits exprès » : une fonction nouvelle se superpose et s’enchevêtre à une structure ancienne, et la dissonance entre ces deux éléments coprésents donne sa saveur à l’ensemble.[7]

C’est à un tel art du bricolage que s’adonne Drahos, permettant alors de repenser le texte de Gogol et de favoriser l’émergence d’une nouvelle interprétation. Le plasticien construit ce jeu de remontage dans un hypermédia et puise ses hypotextes dans la culture classique, dans ses archives personnelles dont il tire les photographies et les vidéos, mais aussi sur des sites Web. Par ce jeu, à la fois transtextuel et intermédiatique, il fait entrer le texte de Gogol dans la cyberculture, une culture qui affectionne le sample et le remix. Drahos l’explicite lui-même :

La culture du sampling et du recyclage à l’infini fait partie de notre époque. Sans doute, est-ce là une façon de vivre la réalité et une manière de concevoir notre monde. Grâce à ces images et à ces sons recyclés, je pense qu’il y a ici quelque chose de très grisant qui se joue.[8]

La littérature consacrée se mêle au Web et sa culture participative en même temps qu’elle devient l’objet d’un travail plastique. À l’ère du copier-coller, la question du plagiat est mise en jeu et en lumière. Ce jeu référentiel peut être rapproché de ce que Raymond Federman dans « Imagination as Plagiarism [an Unfinished Paper...] » appelle le PLAYGIARISM :

Text is in fact always a pre-text, that is a text waiting indefinitely to be completed by the reading process. It is a MONTAGE/COLLAGE of thoughts, reflections, meditations, quotations, pieces of my own (previous) discourse (critical, poetic, fictional, published and unpublished)… for PLAGIARISM read also PLAYGIARISM.[9]

Le PLAYGIARISME correspond ainsi à la réutilisation intentionnelle, conceptuelle et ludique de matériaux préexistants. Il semblerait alors que toute lecture, ainsi que tout travail d’adaptation, de citation, de réappropriation engageant une dimension intertextuelle, impliquent aussi, dans une certaine mesure, ce jeu de plagiat. Drahos construit ainsi une pratique créative qui s’inscrit dans la culture du remix telle qu’elle est théorisée dans Remixthebook par Mark Amerika, dont le leitmotiv est « Source Material Everywhere ».


[1] Drahos, Tom. Le journal d’un fou. CD-ROM. Rennes : ERBA, 2005.

[2] Bachand, Denis. « Hybridation et métissage sémiotique : l’adaptation multimédiatique. » Applied semiotics/ semiotique appliquée. Vol. 4, n° 9, 2000, p. 57-58. En ligne, consulté le 8 septembre 2009.

[3] Voir : Clerc, Jeanne-Marie et Carcaud-Macaire, Monique. L’adaptation cinématographique et littéraire. Paris : Klincksieck, 2004, p. 92. « La notion de tiers interprétant désignera donc ainsi un espace de médiation dynamique qui gère l’opération de lecture du texte support précédent l’adaptation, et l’opération d’écriture du film lui-même. (…) Le mécanisme de réglage que constitue le tiers interprétant déconstruit le texte premier et le redistribue, par l’intermédiaire d’un nouveau médium, l’image, en matériau constitutif d’un nouveau texte et de nouvelles formes signifiantes : le film. Il s’agit donc bien d’un espace de médiation, générateur d’altérité essentielle. Mais médiation dynamique car les données formelles, les représentations et les discours s’y structurent en se restructurant. »

[4] En 2005, date de création du Journal d’un fou de Drahos, ce site était accessible à l’adresse : http://monsite.wanadoo.fr/lesnouveauxesclaves.html, qui aujourd’hui n’est plus disponible, sauf grâce au site d’Internet Archive et la Wayback Machine, consulté le 16 août 2012.

[5] Le site, créé en 2002, propose un mélange de retranscriptions de dépêches de presse et de commentaires ironiques personnels, sur des sujets variés souvent décalés mais aussi parfois politiques.

[6] Le livre a paru chez Denoël en 2002 mais on peut le trouver, en accès gratuit sur Internet selon la volonté de l’auteur- consulté le 10 août 2012.

[7] Genette, Gérard. Palimpsestes : la littérature au second degré. Paris : Ed. du Seuil, 1982, p. 451.

[8]Drahos, Tom. « Tom Drahos ou l’abîme de l’arborescence ». Entretien avec Bertrand Gauguet. Archée. Janvier et septembre 2000. En ligne,  Consulté le 15 août 2012.

[9] Federman, Raymond . “Imagination as Plagiarism [an Unfinished Paper...]”. New Literary History. Vol. 7. N° 3. 1973, p. 565-566.

 

À propos de cyborglitteraire

Maitresse de conférences - Université Savoie Mont Blanc Départements de Lettres & Hypermédia-Communication Laboratoire LLSETI, équipe G-SICA
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>