Les êtres artificiels (Littératures Comparées S3)

Les êtres artificiels de Frankenstein à RoboCop: Figures de la relation de l’homme à la technique

Automates, robots, cyborgs, le cinéma et la littérature foisonnent de ces êtres à la fois effrayants et fascinants. C’est que les êtres artificiels, souvent monstrueux, manifestent toute l’ambiguïté de la relation que l’homme entretient avec la science et la technique. En abordant les différentes représentations de l’être artificiel, nous circonscrirons les contours théoriques de la notion de figure, en tant qu’objet de pensée et objet pour penser.

Nous débuterons notre réflexion par une étude de l’œuvre de Mary Shelley, Frankenstein (1818), puisque la créature de Frankenstein est à l’origine de toutes les représentations subséquentes d’êtres créés par l’homme. À la même époque, E.T.A. Hoffmann construit dans L’homme au sable un autre personnage hybride et inquiétant : l’automate. Ces deux grandes figures du fantastique du XIXème seront des influences majeures pour représenter les relations de l’homme à la technique tout au long du XXème siècle jusqu’à aujourd’hui. En témoigneront les multiples adaptations cinématographiques du roman de Shelley : celles de Dawley en 1910, de Whale en 1931 ou de Branagh en 1994, pour n’en citer que quelques unes, mais aussi l’avènement de nouvelles figures d’êtres artificiels comme le robot et le cyborg. Ces dernières seront abordées à travers l’étude d’un corpus intégrant œuvres littéraires, cinématographiques et artistiques: de la pièce fondatrice de Karel Capek R.U.R (1920) et Metropolis (1927) de Fritz Lang aux œuvres des artistes contemporains transhumanistes comme Stelarc et Orlan,  en passant par Blade Runner (1982) de Ridley Scott et RoboCop (1987) de Paul Verhoeven.

Corpus principal :

  • Shelley, Mary, Frankenstein, Pocket, 1994.
  • E. T. A. Hoffmann, L’homme au sable, Flammarion, Coll. GF Étonnants classiques, 2009.
  • Tchapek, Karel, R.U.R., Éditions de la différence, 2011.
  • Lang, Fritz, Metropolis, 1927.  En ligne : https://www.youtube.com/watch?v=rnCXpOzete4,
  • Scott, Ridley, Blade Runner : Director’s Cut. Warner, 1997.
  • Verhoeven, Paul. RoboCop. 20th Century Fox, 1987.

 

Bibliographie :

Amartin-Serin, Annie. La création défiée : l’homme fabriqué dans la littérature. Paris : PUF, 1996.

Breton, Philippe. À l’image de l’homme: du Golem aux créatures virtuelles. Seuil, 1995.

Brunel, Pierre, et Juliette Vion-Dury. Dictionnaire des mythes du fantastique. Presses Univ. Limoges, 2003.

Chouteau, Marianne. Mises en récit de la technique: Regards croisés. Archives contemporaines, 2011.

Collectif. Otrante : L’homme artificiel. n° 11, novembre 1999.

Desmarets, Hubert. Création littéraire et créatures artificielles: l’“Ève future”, “Frankenstein”, le “Marchand de sable” ou le Je(u) du miroir. Ed. du Temps, 1999.

———. Les créatures artificielles de “L’homme au sable” à “La poupée sanglante”; ou  le science se lit mythe, 1994.

Heudin, Jean-Claude. Les créatures artificielles: Des automates aux mondes virtuels. Paris: Odile Jacob, 2007.

Kerbrat Marie-Claire. Leçon littéraire sur Frankenstein de Mary Shelley. Paris : Presses Universitaires de France, 1997.

Krzywkowski, Isabelle, et Nella Arambasin. L’homme artificiel: Hoffmann, Shelley, Villiers de l’Isle-Adam. Paris : Ellipses, 1999.

Ménégaldo, Gilles. Frankenstein. Éd. « Autrement, 1997.

Westerhoff, Dominique Kunz, et Marc Atallah. L’homme-machine et ses avatars: Entre science, philosophie et littérature XVIIe-XXIe siècles. Librairie Philosophique J. Vrin, 2012.

Wollen, Peter. “Le Cinéma, L’américanisme Et Le Robot.” Communications 48, no. 1 (1988): 7–37.

Les commentaires sont fermés.